François de Beaumont dit le Baron des Adrets

François de Beaumont, dit le Baron des Adrets, est un militaire, connu pour sa participation au cours des guerres de religions, pendant lesquelles il se rend coupable de nombreux massacres et atrocités au service de la ligue protestante, ce qui lui vaut d’en être renvoyé.

François de Beaumont naît dans une famille de la petite noblesse en 1513. Après avoir reçu une éducation militaire, il s’engage dans l’armée à 14 ans, et rejoint les guerres d’Italie en 1527. Il se fait remarquer notamment pour sa bravoure et sera blessé lors d’une expédition à Naples. En 1558, il est fait prisonnier, et il doit payer une rançon pour se faire libérer. Il essaie d’obtenir réparation auprès du roi, qui lui la refuse.

En 1560, revenu dans sa province du Dauphiné, il est à la tête d’une petite armée, et lutte contre Hector de Pardaillan, gouverneur du roi qui agit au nom de la famille de Guise.

Lors du massacre de Wassy le 1er mars 1562, qui lance les guerres de religion, il est toujours à la tête de ses troupes, il prend le parti de la ligue protestante, et prend Valence le 27 avril 1562. Il aide ensuite les réformés lyonnais et rentre dans la ville déjà prise par les protestants le 5 mai, pille malgré tout celle-ci, notamment les églises et couvents catholiques pour financer ses campagnes futures. François de Beaumont retourne dans le Dauphiné, pour chasser le lieutenant-général Maugiron. Il se rend ensuite dans le Forez, où il mène le siège de Montbrison le 3 juillet, avant de prendre la ville le 14. S’ensuit un pillage de la ville (Episode des sauteries de Montbrison) qui tourne au massacre, faisant entre 300 et 800 victimes selon les sources. Beaucoup de Montbrisonnais dont le Seigneur d’Apchon s’étants réfugié dans la commune voisine de Montrond (Montrond-les-Bains). Le baron des adrets décide de capturer aussi Montrond, ce qui est chose faite en promettant de ne commettre aucune exaction. Il rompt sa promesse, une nouvelle fois, il se livre à des atrocités. Par la suite, il retourne à Lyon, puis fait diverses campagnes militaires dans le sud de la France, et échoue devant la ville de Carpentras (Vaucluse).

Ces exactions commises finissent par agacer ceux qui combattent avec lui, il doit signer une trêve, qui lui vaut d’être soupçonné de trahison et il est enfermé à Nîmes. Il est libéré par l’édit d’Amboise (1563) qui met fin à la 1ère guerre de religion. Il change ensuite de camp, et joint la ligue catholique, mais on ne lui accorde que peu de confiance, étant donné tout ce qu’il a fait au nom de la cause protestante. Il se retire ensuite dans son domaine, où il termine sa vie dans l’anonymat, il décède en 1587.

François de Beaumont naît dans une famille de la petite noblesse en 1513. Après avoir reçu une éducation militaire, il s’engage dans l’armée à 14 ans, et rejoint les guerres d’Italie en 1527. Il se fait remarquer notamment pour sa bravoure et sera blessé lors d’une expédition à Naples. En 1558, il est fait prisonnier, et il doit payer une rançon pour se faire libérer. Il essaie d’obtenir réparation auprès du roi, qui lui la refuse.

Les sauteries de Montbrison : A Montbrison, capitale Forézienne, il soumet la ville à un pillage sans merci. Les lieux de culte catholique sacré comme les églises, où les statues et reliques sont retirées, mais aussi en exécutant nombre de personnes. Dans son livre Histoire Universelle, Jacques-Auguste de Thou dit au sujet de ce massacre qu’il « fit tuer tous ceux qu’on rencontra ; ensorte que toute la ville étoit plein de cadavres, & que le sang couloit en abondance ».

Le nombre exact de morts diffèrent selon les estimations : selon l’unique source protestante, le nombre de morts serait de 300, les sources catholiques allant elles de 400 à 800 morts, sur une population d’environ 4000 habitants, les morts sont donc estimés entre 7 et 20 % de la population totale de la ville.

Le saccage de Montrond : Après avoir soumis la ville de Montbrison, la commune de Montrond (Montrond-les-Bains) avait vu des Montbrisonnais se précipiter entre ses murs, ainsi que le Seigneur de Montbrison de la famille d’Apchon. Pour cette raison, François de Beaumont entreprit dès la capture de Montbrison, de poursuivre vers Montrond. La seigneurie ne put résister longtemps, la garnison ne comptant plus que 600 hommes dans ses rangs. Le Seigneur Saconas de Pravieux accepta de se rendre, contre la garantie d’être épargné par le Baron. Mais c’était sans compter sur le mensonge du Baron dit dans les sources perfide et cruel. Les sources nous indiquent aussi que, face aux protestations du Seigneur Sarconas de Pravieux, François de Beaumont fait jeter celui-ci ainsi que le curé et le marguillier du haut de la plus haute tour du village.

Dates Clé :

1513 : Naissance

1527 : Participation aux guerres d’Italie

1559 : Est fait prisonnier

1560 : Lève une armée de mercenaire dans le Dauphiné

1er avril 1562 : Massacre de Wassy, prend la tête ligue protestante

14 juillet 1562 : Sauterie de Montbrison

16 juillet 1562 : Capture de Montrond

1563 : Enfermement, puis libération

1567 : Change de camp et rejoint la ligue catholique

1587 : Décès

Sources :

J.C. Martin, Histoire militaire et politique de François de Beaumont, baron des Adrets, Grenoble, 1803

Gilbert Dalet, L’étrange figure du baron des Adrets, FeniXX réédition numérique, 1er janvier 1982

Crédit Photographique : Contributeurs aux projets Wikimedia. (2023, 13 février). François de Beaumont. https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_de_Beaumont#/media/Fichier:Baron_des_Adrets_plaque_de_verre_collection_V._P%C3%A9rrot_1910.jpg